[ Chroniques précédentes ]

LA JOIE ET LA TRISTESSE DE NOËL

Noël est une très belle fête reliée à notre culture chrétienne mais elle génère tellement d'émotions. Cette fête est porteuse d'espoir car elle a comme symbole, un humble enfant. L'enfant dans une pouponnière d'hôpital, représente l'innocence, la candeur, la pureté, le fruit d'un amour pur, la croissance, le développement, la vie, la vérité. Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche d'un enfant? La joie génère aussi une exaltation dans la magie des décorations de Noël, dans la frénésie préparatoire à des rencontres " du temps des Fêtes ". Éprouver de l'amour pour un parent que l'on n'a pas vu depuis longtemps, voir les enfants déballer les cadeaux, arracher les papiers d'emballage à cause d'une trop grande excitation, filmer les scènes des enfants assis sur les genoux du père Noël qui passera quelques instants, le temps que la magie et l'émerveillement fassent leur oeuvre. Prendre le temps de jaser avec des parents et des amis autour d'une bonne table, faire un suivi de ce qui est arrivé depuis la dernière rencontre, confronter ses idées personnelles, politiques, monter le ton pour s'affirmer et discuter vivement. C'est aussi cela la vie et la réalité. C'est ce que j'appelle goûter aux plaisirs de Noël.

 

Mais n'allez pas croire que Noël ne représente que de la joie. Elle est aussi une fête très triste pour plusieurs petit(e)s québécois(es) . Bien souvent, pour nous, adultes, la fête de Noël nous ramène des souvenirs souvent pénibles. Une enfance de pauvreté où pour certains, dans les années 50, il n'y avait comme cadeau de Noël qu'une orange, quelques bonbons dans un bas de Noël. Quand cela ne correspond pas à des souvenirs de violence, à cause d'un père ou d'un oncle qui avait trop bu, et qui bousillait une fête pourtant si bien commencée. J'ai un de mes patients qui a assisté à un dépouillement d'arbre de Noël dans sa famille, alors qu'il avait 5 ans. Tous ses cousins et ses cousines avaient eu des cadeaux. Pas lui. Pouvez-vous vous imaginer comme il a été triste et qu'il s'en souvient encore, après 50 ans, à l'approche de Noël. Et la solitude encore. La pauvreté des gens qui dépendent du panier de Noël de Jeunesse au Soleil. Les personne âgées qui n'ont plus de famille, les rejetés de la société. Les toxicomanes qui vont consommer plus.

 

Il ne faut pas nier tous ces sentiments qui nous habitent pendant ce temps de la Noël et du Nouvel An. Sachez que l'être humain est fait en sorte que l'on éprouve une multitude de sentiments. Ils se bousculent souvent, on peut facilement passer de la joie à la tristesse en quelques secondes et cela est correct et tout à fait normal. Il suffit de se respecter dans ce que l'on vit et de s'accueillir dans ce qui nous est le plus fidèle et le plus précieux: j'ai nommé son intériorité. Je vous souhaite de prendre le meilleur de cette fête de Noël. Recevoir tout l'amour que vous méritez. Car peut importe qui vous êtes ou quel est votre comportement passé ou présent, vous avez peut-être un cœur blessé, durci mais aimant. Je ne connais pas un être qui n'a pas besoin de donner ,mais surtout de recevoir l'amour qui est le carburant de notre affectivivé. Nous sommes des êtres sensibles, facilement touchés et affectés quand on se donne le droit de se laisser aller. Depuis des lunes, incluant les grands philosophes qui sont passés sur cette terre, on entend dire " Connais-toi toi-même ". Et bien moi je vous dis que c'est à travers ses sentiments et ses émotions que l'on apprend à se connaître. Peu importe les sentiments que l'on qualifie, injustement, de positifs ou de négatifs . Un sentiment est un sentiment (que ce soit de la tristesse ou de la joie) et il a le droit d'être, de s'exprimer comme tel. Ouvrez-lui le chemin de l'expression et vivez le plus librement du monde, car c'est aussi ça la vie et surtout notre raison d'être sur la terre: VIVRE.

Je salue particulièrement les internautes qui sont peut-être seuls présentement, à lire ma chronique, et qui sont tristes pour toutes sortes de raisons. A deux , dans une franche salutation, c'est bon pour le coeur.

Du plus profond de mon cœur, je souhaite un JOYEUX NOËL à tous et à toutes.

Quelle est votre opinion sur tout cela ? N'hésitez pas à laisser des messages sur " Babillard ", juste à côté.



par

Jean-Pierre Rochon M. Sc., psychologue

courriel : rochon@psynternaute.com

© 1998 - Tous droits réservés