[ Chroniques précédentes ]

La dépendance aux jeux vidéos on line

On l’appelle le crack du jeu vidéo.

La troisième catégorie de joueurs compulsifs concerne l’individu qui joue en convivialité, en réseau sur Internet : le gamer. On pourrait penser que c’est la catégorie qui possède le plus grand nombre de cyberdépendants aux jeux surtout depuis que le très florissant marché mondial des jeux vidéos (environ 20 milliards en 2001) a dépassé les recettes de l’industrie du cinéma d’environ 4 milliards la même année. L’industrie du jeu est constituée de logiciels à 98 % commerciaux. Bon an mal an, il y a entre 25 et 50 nouveaux logiciels de jeux qui sont vendus sur le marché. Tous plus performants les uns que les autres. Sans compter que le design est bien léché, les fonctionnalités bien pensées, la technologie de plus en plus développée, des consoles de plus en plus performantes, etc. Puis avec le temps, les anciens jeux tombent dans l’oubli et sont remplacés par d’autres qui seront encore meilleurs. Il y a beaucoup de compétition dans ce domaine et rares sont les nouveaux concepts qui apparaissent.

Le joueur en ligne s’y adonne par plaisir et par divertissement. Un individu pourrait s’en servir pour se « défouler » et se détendre, avoir du plaisir entre amis. La majorité des personnes qui se livrent aux jeux en réseau sont des jeunes, habituellement entre 16 et 25 ans (bien qu’il y en ait aussi dans les autres catégories d’âges). Plusieurs sortes de jeux peuvent être exécutés en ligne : les jeux de courses et de sports (Formule I, hockey, football, etc.), les jeux de stratégie, les jeux de guerre appelés aussi jeux de tir et les jeux de rôles (il est à noter que les jeux de rôles sont beaucoup plus lents que les autres jeux). Les filles sont plus portées sur les jeux de rôles alors que les garçons semblent préférer les jeux de guerre, de tir, de sport. Devons-nous en être surpris ?

« Salut,
Je me considère comme un cyberdépendant léger. Je ne fréquente pas les chats ou n’attends pas des messages de façon maladive, mais j'ai beaucoup de difficulté à me passer de mon ordinateur... J'ai une certaine habileté en informatique et j'ai suivi des cours (qui m'ont coûté cher). Malheureusement je n'arrive pas à trouver un emploi, et en faire la recherche m'est terriblement difficile (peu de motivation). J'ai tendance à m'évader avec mon ordinateur (jeux, recherches inutiles sur le Net, modifications de programmes qui ne mènent à rien), plutôt que de m'en servir pour régler mes problèmes (comme mes dettes et ma recherche d'emploi).
Je sais pas vraiment si vous avez des conseils ou une quelconque ressource qui pourraient m'aider à m'en sortir. J'ai déjà connu un cas bien pire que le mien, un de mes amis qui négligeait tout pour jouer seul à un jeu, au point qu’il est parti en appartement et décrochait le téléphone pour ne pas être dérangé. Mais il ne vivait que sur ses économies et passait 20 heures par jour à jouer sur le même jeu ! Je ne suis visiblement pas aussi bas, mais suffisamment pour être négligeant et oublier de faire bien des choses importantes... »

Paul, le 11.04.2000.

Le joueur doit s’être procuré le logiciel du jeu, qui varie entre 50 et 75.00$ CAN l’unité, s’il désire jouer. Dans certains cas, il peut être téléchargé par le biais d’Internet. Les jeux de rôles coûtent habituellement 10.00$ US par mois, en plus du coût initial du jeu (CD). Il n’est pas rare qu’il s’achète, en plus, des logiciels de jeux avec lesquels il jouera seul et qu’il aura payés un bon prix. Le cyberdépendant au jeu sera souvent le premier à attendre à la porte du magasin quand un nouveau logiciel est mis sur le marché.

Le joueur de tir est un individu qui incarne un personnage qui tire partout. Ce jeu est très prisé parce qu’il y a beaucoup d’action et que les choses se passent très vite. Dans ces jeux de tir, chaque seconde est importante. Les connexions entre ordinateurs sont très rapides. Les séances peuvent durer plusieurs heures, lorsqu’un personnage est tué, habituellement il « ressuscite » tout aussi rapidement jusqu’à la fin du match. Si un internaute est abattu par un autre, il repart à zéro. Jusqu’à ce que la totalité des membres de l’équipe soit éliminée. Le but est d’obtenir le meilleur score possible. Ces mêmes jeux de tir (ou shooter) peuvent être joués en équipe de 5 à 8 joueurs, 16 au maximum. Le nouveau jeu Tribs-2 peut se constituer de 30 à 40 joueurs. Ces jeux sont massivement multijoueurs. Le jeu World War II on line se polarise sur la reconstruction de l’Europe : c’est un combat entre des soldats ennemis et il peut rassembler, dans Internet, jusqu’à 5000 joueurs, en ligne, en même temps.

Voyons de plus près comment certains jeux fonctionnent. Prenons deux exemples :

Le jeu Return to Castle Wolfenstein représente un environnement virtuel dans lequel on est propulsé dans le climat de la deuxième guerre mondiale. Ce sont les nazis contre les alliés. Il faut, par exemple, chercher un fameux document dans un château ou libérer un prisonnier ou un otage. Il faut « tuer » l’ordinateur qui contrôle une armée afin de conquérir le château et découvrir un secret. Chaque joueur a une fonction et choisit son rôle (médic, tireur d’élite, lieutenant, soldat, ingénieur, etc.). On s’entretue et le but ultime est d’envahir le territoire de l’autre. Le joueur a des écouteurs-audio car le son fourni avec ces logiciels est d’une importance capitale : il permet de savoir de quel côté vient l’ennemi et aussi de se diriger dans cet environnement virtuel. La souris et le clavier informatiques sont tous deux mis à forte contribution.

La deuxième catégorie de jeux en ligne RPG (Role Playing Games) comporte des jeux de rôles sous le mode chatting. L’individu-internaute devient un personnage en évolution qui se développe au gré du jeu. L’internaute construit de toutes pièces son personnage (exemple, un magicien, un chevalier qui se bat à l’épée, etc.). Les sentiments de puissance, de force, d’invincibilité, de dépersonnalisation sont intimement liés aux plaisirs que procurent ces types de jeux. D’une certaine manière, et pour ces raisons, ils deviennent de facto, pour certaines personnes, plus addictifs. Il est difficile de s’absenter trop longtemps du personnage que l’internaute s’est choisi car il peut régresser et devenir une entité qui ne le représente plus vraiment.

« Bonjour Cher Monsieur ! J'ai un très gros problème . Pour la confidentialité, j'appellerai la personne concernée Madame X . Madame X est une femme mariée de 40 ans, deux beaux enfants de 11 et 14 ans, un mari formidable, une belle maison, piscine et voiture payées ! Aucun problème monétaire quoi ! Une vie sociale très bien remplie jusqu’il y a près d’un an !

Voici le problème :

Madame X joue à un jeu Internet depuis plusieurs mois. C'est un jeu en ligne (jeu qui se joue avec de vraies personnes), elle est littéralement accrochée à ce jeu à un point tel qu'elle embarque sur Internet très tôt le matin et peut y jouer jusqu'à 2 heures du matin ! Sa relation avec son mari est au plus bas, elle dort sur le sofa... depuis plusieurs mois et les relations personnelles avec son mari sont quasi inexistantes ! Sa vie sociale est à zéro, elle ne sort plus, elle ne voit plus ses propres parents ni ses amis... et tout ce qui s'en suit ! Son mari a tenté à plusieurs reprises de la raisonner mais en vain, elle prétexte toujours quelque chose... Cette semaine, son mari est venu me rencontrer et m'a confié ses états d'âme ! Il est à bout de nerfs et désespéré. Il est à bout de ressources... Moi, je n'interviendrai pas pour de raisons personnelles, mais une tierce personne ayant de l'influence pourrait essayer quelque chose. On avait pensé à lui enlever carrément son ordinateur durant les quatre jours où ils seront absents et à son retour, ce serait le sevrage ! Est-ce une bonne idée ? Je vous en prie, donnez-moi un conseil, c'est un couple que je ne voudrais pour rien au monde voir se séparer... et c'est ce qui s'en vient, je le crains ! c'est ma sœur jumelle … vous comprendrez. Même que dans son jeu, elle à un mari auquel elle donne des « mon chéri » , des « mon amour » et ces mots, elle ne les dit plus à son vrai mari ! Ça ne va plus du tout. J'ai fait le petit test de 25 questions comme si c'était elle qui le faisait, j'ai répondu pour elle avec le meilleur de mes connaissances et le résultat du test a été de 22 réponses positives sur 25, donc « accro ».
Pouvez-vous me donner de bons conseils s.v.p. ? C'est un vrai désastre !
Vous pouvez me rejoindre à l'adresse Internet ci-bas…
Merci à l’avance »

Agnès, le 02.07.2001


Agnès m’a réécrit 7 mois plus tard

« Bonjour M.Rochon ,

Je vous avais écrit l'été dernier et vous avais parlé du problème de cyberdépendance de ma soeur, je vous disais alors qu'elle jouait à un jeu de rôle nommé « la Quatrième Prophétie » sur le site www.goa.com . Ça fait près de deux ans qu'elle joue à ce jeu et ça va de mal en pis : Elle a un mari et deux enfants, elle passe près de 80 heures sur ce jeu par semaine et quand le jeu ne fonctionne pas, elle va sur le chat de ce jeu ou elle envoie des messages sur « caramail.com » aux joueurs ! Ces mêmes joueurs sont devenus son univers ! Elle n'a aucun contact avec sa famille, elle ne se lave plus, ne s'habille plus, passe ses journées en pyjama, elle ne sort plus, dort sur un sofa et ne fait plus le ménage et tout récemment, elle verrouille sa porte et ne répond même pas à d'éventuels visiteurs ! Elle s'est complètement isolée du monde extérieur. Elle a des maris sur ce jeu et elle a demandé le divorce d'avec son véritable mari il y a un mois ! Elle doit se chercher un appartement et elle ne bouge pas et reste à l'ordinateur : elle est complètement déconnectée de la réalité ! Elle refuse tout contact avec qui que ce soit et s’il lui arrive de parler de divorce, elle rabaisse son mari et jamais elle n'avoue ses torts, elle préfère jouer la victime sans arrêt ! Moi je le sais que dans une séparation, les deux conjoints ont des torts, mais dans son cas, elle joue les victimes et nie avoir un problème de dépendance ! Elle nie avoir des problèmes point ! Elle est dans sa bulle et refuse de consulter prétextant qu'elle n'a aucun problème et que c'est nous qui avons besoin de psy ! À mon avis, elle est en dépression et déconnectée de la réalité ! Ses enfants sont au courant du divorce, la fille de 12 ans en parle et l'accepte de son mieux, mais le garçon de 15 ans n'en a pas parlé du tout, une tombe et ça m'inquiète qu'il n'en parle pas, il garde ça en dedans et je crains fort qu'un jour, il n'explose ! Je vous jure, on ne la reconnaît plus du tout ! A-t-elle un sérieux problème ? Peut-elle s'en sortir ? Est-ce que nous, sa famille pouvons faire quelque chose ? C'est un désastre ! :o( Est-ce que le fait de se retrouver en appartement, plus de mari, plus démunie financièrement et... seule pourrait lui faire réaliser l'ampleur du problème dans lequel elle s'est engouffrée ? Je sais que vous ne pouvez trop donner de conseils par Internet, mais s.v.p. dites-moi au moins quelque chose, c'est ma jumelle et je suis désemparée. Merci de m'avoir lue ,

Amicalement »

Agnès, le 19.02.2002


Un de ces jeux vidéo en ligne très populaire est Everquest. Il est comme tous les autres, par contre il ne se joue qu’en ligne. Le personnage évoluera seulement sur le serveur et non pas sur le PC. Une fois introduit dans ce jeu, le joueur peut se rendre sur l’un des 35 serveurs en ligne qui accueillent ses homologues. L’internaute invente un personnage qu’il fait vivre. Il est en communication avec d’autres individus comme lui. Des heures durant il va évoluer dans un espace ludique virtuel. Dans le site Goa, on retrouve ce genre de divertissements portant des noms très différenciés : la 4e prophétie, Age of Empire 2, Tournament, etc. pour ne citer que ceux-là et qui peuvent accueillir entre 10 et plus de 2000 joueurs en réseau simultané. Sur Gaming Zone de Microsoft ils peuvent être jusqu’à 5000.

Les LANparty

J’ai fait référence au fait que divers internautes qui font du clavardage (chatting) organisent des GT (get together), ces réunions dans lesquelles des gens qui se contactent sur Internet choisissent de se rencontrer dans la vraie vie. Les joueurs en ligne surnomment ces mêmes réunions des LANparty (Local Area Network-réseaux locaux-).

Par un concours de circonstances, j’ai assisté à ce genre d’événement (LANparty) ayant été invité par Monsieur Sébastien Raîche, vice-président de la Ligue Québécoise des Jeux en Réseau (LQJR). La LQJR (http://www.lqjr.qc.ca/) est en plein développement. Les fondateurs sont deux frères, Benjamin et Vincent Duval. Après avoir participé à des jeux en réseau avec des internautes européens et américains, ils décident en 1997 de mettre sur pied leur propre organisation en regroupant une clientèle québécoise et/ou francophone afin d’offrir des services : informations sur tous les jeux, présence de bénévoles pour assister ou aider les joueurs, organisation des événements LANparty, etc. Ils envisagent de mettre en œuvre des projets de formation car leurs membres sont de niveau amateur et professionnel. Bref, une équipe de 15 personnes fort bien structurée.

L’événement auquel j’ai participé était organisé en collaboration avec une station radiophonique de Montréal, COOL-FM, 98,5. Ce happening d’une durée de 12 heures, était partiellement retransmis par les ondes radio. Je fus impressionné par le sérieux de la démarche ainsi que par l’organisation de ces LANparty : à l’événement auquel j’ai participé, il y avait environ 50 joueurs en réseau, avec la présence de techniciens pour dépanner ceux en difficulté, une atmosphère de convivialité, un enregistrement de la séance par deux caméras vidéo, etc. Bref, un événement très cool et amusant pour un néophyte comme moi qui en même temps en profitais pour faire un reportage : interviewer des gamers et les organisateurs.

Il y a tout lieu de croire que les joueurs québécois ont une certaine force dans ces jeux de tactique en réseau puisqu’une équipe de 5 joueurs a gagné un championnat du monde, les cyber-olympiades, les World Cyber Games, en Corée du Sud, en décembre 2001 et a remporté la somme de 40,000.00$ US. Il est à noter que ces jeux sont à ce point populaires dans ce pays que les parties sont diffusées en direct à la télévision coréenne.

Comme on n’arrête pas le progrès et que tout est mis en place pour favoriser le maximum de plaisir lors de ces jeux en réseau, il m’a été permis de rencontrer, à l’occasion du LANparty, Monsieur François Daneault, président de la firme Ergo Design (http://www.surfrace.com/), ce créateur québécois de mobilier ergonomique original, haut de gamme et très futuriste. Avec le module ergonomique on peut tout autant s’adonner au clavier, à la simulation de vol ou à la course automobile ; ce qui fait naître un sentiment de réalisme, de confort propre à chaque individu parce qu’il est possible d’ajuster et de positionner, à sa convenance, chacun des accessoires reliés à ce module ergonomique. Pratique, quand on est accro des jeux en ligne et que l’on a plusieurs heures consécutives à passer devant l’écran de l’ordinateur. Adieu les courbatures.

-o0o-

Le portail de jeux GOA est principalement un réseau regroupant des joueurs français de France. On annonce que « GOA, c’est avant tout une grande famille ». La dynamique ludique dans ce cas est bien différente et il ne circule pas d’argent comme dans les casinos virtuels. Il existe plusieurs portails Internet qui se spécialisent dans ces jeux en ligne. D’ailleurs leur mot de bienvenue sur leur page principale est assez explicite :

« GOA est un site francophone de jeu et de divertissement (http://www.goa.com/). Ce service gratuit vous permet de rencontrer des joueurs du monde entier qui partagent votre passion du jeu... et votre langue. Votre inscription à GOA vous permettra de bénéficier de l'ensemble des fonctionnalités de GOA. Outils de communication : discuter dans les chats, utiliser le pager pour contacter un utilisateur connecté, poser des questions dans les forums, personnaliser votre profil de joueur, GOA est un fabuleux espace de dialogue et de rencontre. GOA compte déjà plus de 830 000 membres, en 2002.

Serveurs de jeux : Les principaux jeux phares du moment sont disponibles sur GOA. Pour ces titres, nous mettons en place des serveurs de jeux dédiés qui vous permettront de jouer dans des conditions optimales. Mais attention : sur GOA il y a toujours plus fort que soi ! » Une fois l’inscription complétée voici la lettre de bienvenue : « Bienvenue chez GOA !

Félicitations vous êtes maintenant membre de la plus grande communauté de joueurs francophones sur Internet. GOA vous propose bien sûr les meilleurs jeux online du moment, mais aussi tous les outils nécessaires pour profiter de sa communauté (messagerie, avatar (personnage vous représentant), classements permanents, une boutique online, des petites annonces, des Goamis, un choix de clans immense, des tournois etc.). L’usage de GOA et de ses services est évidemment totalement GRATUIT.

GOA c’est un peu comme une grande famille avec ses joies, ses surprises et ses règles. Sur GOA ce sont les joueurs qui font la loi ! »

Il n’est pas surprenant de découvrir qu’une bonne partie des cyberdépendants se retrouvent dans cette catégorie : les jeux via Internet. Comme on peut le constater celle-ci ne correspond en rien avec les critères diagnostiques, du DSM-IV, du joueur pathologique énumérés plus haut. D’abord parce que l’argent, avec les gamers ou les joueurs en réseau, n’est pas en cause, ensuite parce qu’ils ont une attitude et un comportement qui se différencient par rapport aux joueurs de casinos en ligne et aux daytraders.


par

Jean-Pierre Rochon M. Sc., psychologue

courriel : rochon@psynternaute.com

© 2002 - Tous droits réservés